Burn-out ou syndrome d’épuisement professionnel

Origine du terme burn out

Le terme burn out est issu de l’association des deux mots anglais burn + out, qui signifie « consumer » ou « bruler à l’extérieur », il se traduit littéralement par: dépenser son énergie jusqu’à l’épuisement.  

Definition du burn out

Des multiples définitions de burn-out et de ses risques ?

Les définitions de burn-out sont multiples. D’une manière générale, le terme burn-out signifie « épuisement ». Il est le plus souvent décrit comme une phase d’épuisement.

On pourrait notamment parler du burn-out familial  pour désigner le stress à domicile, et le burn-out parental pour la détresse intense liée à la parentalité.

Dans la sphère professionnelle, burn-out désigne l’état d’épuisement professionnel physique, émotionnel et contextuel, lié au contexte professionnel en raison de fort stress au travail.

Burn out ou syndrome d’épuisement professionnel

En 1974, Herbert Freudenberger, psychologue et psychothérapeute américain, directeur d’une Free Clinic à new York, est l’un des premiers à mener une étude complète sur ce syndrome d’épuisement professionnel et à expliquer le terme de burn-out.

Le burn-out peut toucher tous les salariés et tous les secteurs de travail mais d’une manière générale, les causes les plus fréquents du burn-out sont le stress et les sollicitations au travail. Les personnes à risques sont donc généralement celles qui s'investissent beaucoup dans leur travail : les personnes à lourde charge de travail et à grosses responsabilités.

Non seulement le burn-out peut présenter des risques sur la situation  professionnelle du salarié mais que cette maladie professionnelle peut présenter des risques psychosociaux. Elle pourrait atteindre la santé physique et mentale de ses victimes.

La prévention efficace est  une organisation de travail bien définie et de trouver un meilleur équilibre entre travail, stress et détente.

Comment évaluer le risque de syndrome de burn out ?

Le Maslach Burnout Inventory (MBI) est un instrument clinique conçu par Christine Maslach et Susan E. Jackson dans les années 1970  pour évaluer le burn-out.  A partir de 2005, un nouvel outil : le CBI ou Copenhagen Burnout Inventory a été développé. Ces outils se présentent comme une sorte de questionnaire déjà traduit en plusieurs langues pour aider dans l’évaluation, repérer le syndrome de burn-out. Le CBI touche trois dimensions : les dimensions personnelle, professionnelle et relationnelle.

Prise en charge des victimes de burn-out

D’une manière générale, une personne victime de burn-out doit faire beaucoup de repos, consulter le médecin pour bénéficier d’un traitement, être accompagnée par un psychothérapeute. Un arrêt de travail est le plus souvent nécessaire. Lors de son retour au travail, il lui faut un accompagnement et un partage de sa charge de travail.

En France, en Février 2016, la proposition de loi du député Benoit Hamon vise à reconnaitre le burn-out comme maladie professionnelle et ce qui changerait sa prise en charge. Grace à cette proposition de loi, les salariés victimes de burn-out seront mieux pris en charge.

La ministre de Santé, Marisol Touraine avait mise en place un groupe de travail afin de définir médicalement cette maladie et de définir la manière de la traiter.

La Haute autorité de santé a publié des recommandations pour aider les médecins traitants et médecins du travail et aider les victimes de burn-out dans leur prise en charge et dans l’accompagnement du retour au travail.

Autres articles :

Tout savoir sur le burnout, définition cause et origine !